Cancer du sein : le cancer de la femme le plus fréquent

le 03/02/2021

Comprendre le cancer du sein 


Un cancer du sein résulte d'un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et forment le plus souvent une “masse”, appelée tumeur.  
Dans la majorité des cas, le développement d'un cancer du sein prend plusieurs mois, voire plusieurs années. 



Détecté suffisamment tôt, le cancer du sein guérit dans 9 cas sur 10.  



Si aucun lien de causalité n’est formellement établi, certains éléments apparaissent comme des facteurs prédisposant : 





    • Une puberté précoce (avant l’âge de 11 ans) ; 



    • Ne pas avoir d’enfant ou d’avoir eu son premier enfant entre 30 et 35 ans ; 



    • Avoir été exposée aux radiations ionisantes à fortes doses ; 







    • Présenter un antécédent personnel de lésion précancéreuse et des antécédents familiaux au 1er et/ou 2e degré... 





La situation du cancer du sein en France : 



En 2018, en France, on estime que : 





    • près de 59 000 nouveaux cancers du sein ont été détectés, 



    • plus de 12 100 décès ont été attribués à ce cancer. 




 
Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent en France, et représente la première cause de décès par cancer chez la femme, avec 14 % des décès féminins par cancer. Il représente par ailleurs près de 8 % de l’ensemble des décès par cancer, tous sexes confondus. 


Ce que nous savons 


L’âge moyen au moment du diagnostic est de 63 ans. 






Le cancer du sein fait l’objet d’un programme national de dépistage organisé chaque année en France à toutes les femmes âgées de 50 à 74, ans afin d’être détecté précocement et d’en réduire la mortalité. 



 L’incidence de ce cancer est par conséquent influencée par l’évolution des pratiques de dépistage.  



 Ce qu’il faut savoir : 




 





    • 86% des personnes sont en vie 5 ans après le diagnostic  



    • 76% dix ans après (chiffres Inca 2015).  





Même s’il est beaucoup plus fréquent après la ménopause, le cancer du sein survient aussi chez les jeunes femmes.  





A savoir enfin : 1% des cas de cancers du sein en France concerne des hommes. 



Le dépistage du cancer du sein, à qui s’adresse-t-il ? 



Le cancer du sein apparaissant 8 fois sur 10 chez des femmes de plus de 50 ans, il est important de se faire dépister tous les deux ans à partir de cet âge. 



Le dépistage du cancer du sein a pour objectif de diminuer le nombre de décès causés par le cancer du sein. Il concerne toutes les femmes entre 50 et 74 ans, sans symptômes et n'ayant pas de facteurs de risque particuliers de cancer du sein, autre que leur âge. 



Chez les femmes de moins de 40 ans, la maladie est donc le plus souvent détectée de manière clinique, par le médecin ou la patiente elle-même lors d’une auto-palpation. Le diagnostic est ensuite confirmé par une mammographie voire une IRM, puis une biopsie. Généralement décelées plus tardivement, les tumeurs sont plus agressives que chez les femmes plus âgées. 





En France, les femmes ayant un risque élevé ou très élevé de cancer du sein peuvent bénéficier d'un suivi spécifique adapté à leur situation individuelle.  



Depuis le 1er septembre 2016, les personnes nécessitant un dépistage spécifique peuvent bénéficier d'une prise en charge à 100 % pour les examens recommandés dans leur situation 



Plus l’anomalie est détectée tôt, plus elle est facile à combattre. Détecté suffisamment tôt, le cancer du sein guérit dans 9 cas sur 10. 



A quoi consiste-t-il ? 





Le dépistage consiste en une mammographie et est totalement gratuit.  



Les clichés de radiologies sont analysés deux fois pour éviter les erreurs de diagnostics. 





Les femmes sont particulièrement exposées au cancer du sein entre 50 et 74 ans. C'est pourquoi, pendant cette période de vie, elles peuvent bénéficier, tous les 2 ans, sur invitation, de mammographies de dépistage : un moyen simple, de qualité et gratuit pour détecter un cancer du sein le plus tôt possible. (Source : Ameli.fr) 



 Le cancer du sein dans le monde 



Faute de détection précoce et de traitement, le nombre de décès est très important au sein des pays en voie de développement. 



Prévenir le cancer du sein 



Seulement 5 à 10% des cancers du sein sont d’origine héréditaire. Il est possible de limiter les risques de contraction par la prévention. 





D’après l’Institut National du Cancer, les facteurs de risques sont :  




 





    • L’alcool 



    • Le tabac,  



    • L’alimentation,  



    • La nutrition,  








    • La réduction de l’activité sportive,  



    • Les facteurs environnementaux et les agents infectieux.  





 



33% des cancers pourraient ainsi être évités en limitant ces facteurs. 



Les facteurs liés à l’environnement et au lieu travail sont les plus difficiles à prévenir, mais ceux liés à l’alcool, le tabac, l’alimentation et l’activité physique peuvent être considérablement réduits : les risques de cancer sont diminués de 31% chez les personnes ayant une alimentation riche en fruits et légumes ; prouvant ainsi l’impact positif des vitamines et minéraux anti-oxydants sur la santé. 







    • Limiter la consommation de protéines et graisses animales : la viande cuite à haute température et la charcuterie ont un lien direct avec le surpoids, lui-même augmentant le risque de cancer du sein après la ménopause. 



    • Pratiquer une activité physique régulière, dans le but de booster son système immunitaire et de lutter contre la sédentarisation. 






Réduire les risques en prenant soin de soi 



La sensibilisation, le dépistage, le traitement et la compréhension du cancer du sein sont essentiels pour réduire l'incidence du cancer du sein. L’accès à l'information, aux services de détection et aux traitements médicaux aident à obtenir de meilleurs résultats et à vivre plus longtemps après un diagnostic de cancer.  




Il est essentiel de connaître les moyens de réduire les risques en décidant de manger sainement, faire de l'exercice, méditer, éviter les produits nocifs pour la santé, mais aussi pratiquer l’autopalpation tous les mois par vigilance.